0 5 minutes 7 jours

Le Syndicat national des agents des Finances (SYNAFI) a procédé à la cérémonie officielle d’ouverture du deuxième congrès Ordinaire ce vendredi 19 novembre 2021 à Ouagadougou. C’est un congrès qui tiendra jusqu’au 20 novembre prochain. L’objectif de ce congrès est le renouvellement du bureau dudit syndicat. Ladite cérémonie d’ouverture s’est tenue sous le leadership du président sortant du Syndicat, Mohamed SAVADOGO et du SG de la CGT-B, Bassolma BAZIE.

Le deuxième congrès du SYNAFI se tient dans un contexte marqué par l’insécurité. Pour, le secrétaire général du SYNAFI, Mohamed Savadogo, le pays est assiégé au regard des nombreuses attaques qui sévissent le Burkina Faso. Il ajoute que le thème de ce congrès, «Face à la remise en cause des acquis démocratiques et syndicaux, à l’aggravation de la crise sociale et de la sécuritaire au Burkina Faso, travailleurs du ministère de l’économie, des finances et du développement, organisons-nous et renforçons le SYNAFI pour : contribuer à l’amélioration de nos conditions de vie et de travail ; perfectionner notre expertise dans le domaine des finances publiques ; apporter notre soutien à toute lutte de libération définitive de notre pays ; renforcer le pôle du syndicalisme révolutionnaire. Ensemble dans la solidarité et dans l’unité d’action pour la défense des intérêts matériels et moraux, armons-nous dans la détermination dans la lutte pour la bonne gouvernance et l’avènement d’une démocratie véritable», au-delà de sa pertinence, est d’actualité. Pour lui, il intervient dans un contexte international marqué par l’aggravation de la crise du système capitaliste «oppresseur des masses populaires». « Sur le plan international, la faillite de ce système se caractérise par la montée des forces radicales fascistes dans les métropoles impérialistes, des guerres de rapine et des guerres réactionnaires d’occupation de territoire ou de pays. Toute chose qui entraîne,  un état de misère de la classe ouvrière et des peuples du monde », a laissé entendre le SG.

Il convient de noter que c’est autour de ce thème que se tiendra pendant 72h, les travaux du 2e congrès Ordinaire du SYNAFI qui regroupe plus d’une centaine de participants venus de toutes les régions du pays.

Au Ministère de l’Economie des Finances et du Développement (MINEFID), le SG du SYNAFI a dit relever une accalmie depuis l’arrivée du ministre Lassané KABORE et qui est selon lui, la résultante de l’instauration d’un dialogue permanent avec la coordination des syndicats du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF).

« Nous profitons de cette tribune pour une fois de plus exhorter le Ministre à toujours entretenir ce dialogue afin de nous éviter les périodes sombres sous l’ère de « l’oiseau rare » dont je ferai l’économie de citer le nom» a-t-il souhaité avant de demandé que les activités du présent congrès aboutissent à des meilleurs conclusions pour l’avancée du syndicat et la préservation des acquis de la lutte.

Le secrétaire général de la Confédération générale des Travailleurs du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié, présent aux côtés des congressistes, a tenu à saluer la détermination et  l’engagement de tous les syndicalistes luttant pour de meilleures conditions de vie en faveur du peuple.  » Je vous invite à accentuer davantage cette lutte salvatrice, seule alternative d’un véritable changement en faveur du peuple », a soutenu Bassolma Bazié.