0 3 minutes 2 mois

Le parti Vision Burkina a organisé une conférence de presse ce samedi 14 Mai 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre avec les hommes de médias était de donner sa lecture de la situation que connaît le Burkina Faso ces derniers jours. Cette conférence s’est tenue sous le leadership du président du Parti Vision Burkina, Pascal SESSOUMA.

La situation nationale n’a pas laissé indifférent le parti Vision Burkina. De la crise sécuritaire, du coup d’état, de la durée de la transition et de la composition de l’ALT, Vision Burkina a donné sa lecture et sa vision.
Selon le président de Vision Burkina, Pascal SESSOUMA, pour venir à bout du terrorisme, il faut donner carte blanche au commandant des opérations. Il ajoute qu’il conviendrait de prélever une taxe de 100 FCFA sur chaque bouteille consommée dans un maquis pour soutenir les FDS.  » Ce que le Burkina Faso vit est signe pour refonder le Burkina Faso. La réponse au terrorisme doit venir des bases endogènes. La recherche de la paix et de la cohésion sociale passe par l’ouverture à d’autres peuples », a soutenu le président de Vision Burkina.
A lui de renchérir que l’argent travesti la démocratie au Burkina.
Sur les 100 jours du président Damiba, Pascal SESSOUMA soutient qu’il a l’impression que n’était préparé et sur une note de 10, il lui attribue la note de 4.  » Pourquoi on y arrive pas au Burkina Faso, je me rendrai bientôt en Algérie pour essayer de comprendre comment eux ils ont réussi à vaincre le terrorisme », a précisé Pascal SESSOUMA.
Pour ce concerne l’ALT, le président de Vision Burkina se demande à quoi elle sert. Il se demande pourquoi tenter de règlementer une situation qui n’est pas réglementaire.
Pour ce qui concerne la supression du poste de premier pour gouverner par ordonnance parce que Sankara l’a fait et les choses marchaient.  » Il ne s’agit pas de créer un premier ministre qui serait comme un fusible qu’on peut sauter lorsque les choses ne marchent pas bien », a laissé entendre Pascal SESSOUMA.
Du reste, le situation de Perkoa, le président Vision Burkina soutient que c’est un accident et il ne faut pas politiser la situation.