0 10 minutes 7 mois

DECLARATION DU #SYNATCOMB DU 27/10/2023

Notre pays traverse une situation difficile consécutive à cette guerre injuste que les forces du mal ont imposé à notre peuple depuis quelques années, dont les conséquences impactent drastiquement la vie de l’ensemble de notre nation et particulièrement celle de nos populations vivant dans les zones directement touchées par le phénomène. Ces populations sont souvent contraintes à l’abandon de leurs terres pour devenir des réfugiés dans leur propre pays sous l’appellation de PDI (Populations Déplacées Internes).

Le sang innocent de nos populations sauvagement massacrées ainsi que celui de nos FDS et VDP tombés sur le champ d’honneur les armes à la main, sur la terre du pays des hommes intègres doit parler à notre conscience.
Nos combattants, dans leur ferme volonté de défendre l’honneur de la patrie affrontent la mort au quotidien sur les théâtres d’opérations ; le sang de ceux qui y laissent leur vie, jeunes pour Ja plupart, prématurément arrachés à l’affection de leurs familles dans la fleur de l’âge, doit interpeler notre conscience et nous amener à plus de sagesse dans nos prises de position.

Un adage dit ceci : 《 la vie de vaut rien, mais rien ne vaut la vie 》; ceci pour dire que nous devons vivre utile c’est-à-dire accepter de perdre un peu de nos privilèges pour rendre service au reste de la société dont l’existence donne un sens à notre vie ; l’homme n’est rien tout seul en dehors de la société.
Ce que l’histoire retiendra de notre passage sur la terre du pays des hommes intègres, ce ne serait certainement pas les biens que nous aurions amassés pour nos familles, nos proches ou nos partisans, mais plutôt ce que nous aurons fait de positif pour notre nation dans son ensemble ; I’histoire de Thomas SANKARA notre désormais Héros national est là pour nous enseigner cette vertu de la dimension humaine.

Les 30 et 31 octobre 2014, sont des dates historiques dans la marche de notre pays et nous
nous inclinons avec respect devant la mémoire des martyrs de l’insurrection populaire.
Le terrorisme qui tente de s’implanter dans notre pays a bien une histoire et on est fondé à dire qu’elle tire ses sources de la mal gouvernance qui a longtemps caractérisé la gestion du pouvoir d’Etat dans notre pays ; il faudrait bien que les historiens nous situent un jour, sur l’origine de la crise.
La prise du pouvoir par le MPSR-II avec à sa tête le Capitaine Ibrahim TRAORE est perçue comme une bouée de sauvetage par une jeunesse consciente qui a décidé de faire corps avec l’équipe de la Transition dans un engagement résolu à mener une lutte sans merci contre le terrorisme qui tue nos populations dans les CAMPAGNES, et celui qui s’adonne au détournement des deniers publics dans les couloirs de l’Administration publique.

Comme Thomas SANKARA, visiblement la politique de rigueur qu’imprime le Pouvoir de la
Transition ne semble pas concilier les intérêts de certains acteurs de notre société.
En tout état de cause, le minimum d’honnêteté et de bon sens commande de reconnaître que les difficultés auxquelles le pays est confronté n’ont pas été engendrées par la gouvernance de la Transition en cours.

Du reste, l’ensemble de notre peuple subit le poids de la crise mais pour l’amour de la patrie, nos concitoyens en majorité soutiennent la noble lutte qui se mène sur le terrain avec les moyens mobilisés par notre peuple car faisant confiance à cette Transition.
Dans le contexte actuel, notre priorité en tant que filles et fils de ce pays doit être de travailler à apporter le soutien et l’accompagnement dont ont besoins nos FDS et VDP qui se battent nuit et jour sur le front de de la reconquête des portions de notre territoire sous l’occupation ou la menace des groupes terroristes qui tentent de nous imposer leur loi.

Les contraintes de ce contexte commandent de taire nos divergences souvent stériles, en nous mettant au-dessus des intérêts particuliers ou partisans pour travailler à l’unisson dans un sursaut patriotique, en synergie d’actions, en vue de booster l’ensemble de nos forces combattantes qui enregistrent des victoires importantes sur le terrain de la lutte, et les pousser à la victoire finale sur les forces du mal qui endeuillent notre nation depuis près de huit ans.Comme le dit cet adage : 《 nous sommes condamnés à vivre ensemble comme des gens dotés d’intelligence, ou à mourir ensemble comme des idiots 》. C’est dire que nous devons tous prendre conscience et comprendre que le Burkina Faso est notre seul bien commun et donc à préserver à tout prix. Nous avons intérêt à ce que le pays tienne debout face aux menaces terroristes, pour que chacun puisse espérer un lendemain meilleur.

Pour ce faire, nous avons l’impérieux devoir de soutenir et de contribuer à la lutte engagée pour la reconquête de l’intégrité de notre territoire qui a amorcé une accélération sous la Transition actuelle et donne des résultats tangibles sur le plan de la récupération de certaines localités autrefois sous le contrôle de groupes terroristes.
Au regard du bilan enregistré dans la lutte de reconquête de l’intégrité de notre territoire sous l’impulsion du MPSR2 (acquisition d’équipements militaires, recrutements de combattants FDS et VDP, reconquête de certaines localités, etc.) en une année de gouvernance, nous pouvons être confiants pour dire que le bout du tunnel est proche si un esprit de sincérité anime tous les acteurs engagés dans la lutte.
Dans l’interview accordée au Président de la Transition à titre de bilan de l’an I du MPSRII
sur les antennes de la RTB, le Président a indiqué que ses portes restaient ouvertes à toutes les personnes qui souhaitent faire des propositions ou suggestions entrant dans le cadre d’une amélioration de la gouvernance. C’est donc dire que des canaux sont mis à la disposition de tous ceux qui souhaitent contribuer par leurs idées à la construction du pays, mais visiblement cela ne semble pas intéresser tout le monde.

Quand la nation est menacée dans son existence, le don de soi doit être la valeur la mieux promue et heureusement, notre peuple dans sa grande majorité l’a bien compris ; d’où sa forte adhésion au concept de ( l’effort de paix 》 initié par le Président de la Transition et qui a permis de mobiliser d’importants moyens financiers et matériels pour permettre de doter nos forces combattantes en équipements en vue de faire face plus efficacement à la situation sur le terrain.
La forte adhésion de nos compatriotes aussi bien de l’intérieur que de la diaspora à 《 l’effort de paix  témoigne du degré de confiance portée à la Transition en raison de la transparence et la rigueur observées dans la gestion des contributions ; toute chose qui permet de mettre nos combattants dans de bien meilleures conditions de travail sur le terrain de la lutte. Sauf à être de mauvaise foi, cette réalité ne peut être niée.

Les conséquences de la crise sécuritaire que nous vivons impactent négativement la vie économique et sociale de nos concitoyens dans tous les secteurs d’activités de notre pays; la situation est encore plus difficile au niveau du secteur privé et le domaine du commerce se trouve particulièrement affecté.
Cependant, pour avoir compris que les sacrifices consentis visent à soutenir une lutte pour la bonne cause en ce sens qu’elle permettra à terme, à nos populations déplacées de rejoindre leurs localités en vue d’une vie qui respecte leur dignité, et au pays d’affirmer sa souveraineté à la face du monde par la prise en main de son destin dans le choix de ses partenaires en toute liberté et en fonction de sa vision du développement, nous invitons l’ensemble des Burkinabè et le monde syndical en particulier, à inscrire leurs actions dans la vision de cette dynamique de défense de l’intérêt national.
L’histoire retient toujours ce que nous avons fait de bien ou de mal à l’endroit de la nation ;
faisons donc en sorte que notre nom soit retenu du bon côté de I’histoire le moment venu.

Pour le combat de libération totale de notre pays, en avant;

Pour la lutte contre le détournement des deniers publics de notre Etat, en avant;

Pour la lutte contre l’incivisme dans les rues de nos villes, en avant;

Vive le SYNATCOMB;
Vive le Burkina Faso ;
La patrie ou la mort, nous vaincrons!
QUE DIEU BENISSE LE BURKINA FASO!

#faso-info