0 4 minutes 4 mois

La coordination des OSC du Burkina Faso a initié dans la matinée de ce mardi 24 octobre 2023 à Ouagadougou un cadre d’échange avec les hommes de médias. Ces échanges ont porté essentiellement sur la situation sociopolitique du Burkina Faso et le meeting prévu par la CGTB. Cette conférence de presse s’est tenue sous le leadership du porte parole de la coordination des OSC, Justin Dabiré.

D’entrée de jeu, le conférencier principal du jour a laissé entendre « Monsieur le secrétaire général de la CGT-G, chers militants de la CGT-B nous voudrions vous rappeler sans pour faire autant de la leçon que depuis le pouvoir du président Rock Marc Christian KABORE, la situation de notre pays n’a jamais été prise au sérieux tant sur le terrain de combat que dans la gestion l’administration. Aujourd’hui avec le capitaine TRAORE, plusieurs initiatives ont été mises en place avec l’apport de la population. A cet effet, nous pouvons citer la question de la mobilisation générale dans la lutte contre le terrorisme qui a connu une participation jamais égalée de la population, la participation Volontaire à l’effort de paix, le projet de promotion d’une économie endogene devenue aujourd’hui une réalité. En ce qui concerne la vie chère, nous avons également constater des prises de décisions qui ont permis la diminution des prix de certains denrées alimentaires malgré qu’une bonne partie de notre population n’a pas pu produire du fait du terrorisme».

La position de la coordination des OSC se veut claire, face aux adeptes des libertés individuelles et collectives, la coordination des OSC voudrait rappeler que le statut de citoyen burkinabè est unique et égal pour tous. « Il n’existe pas de burkinabè qui soient faits pour combattre et d’autres pour critiquer. Cela nous permet de dire qu’en temps de guerre soit vous soutenez en étant acteur réel sur le terrain de combat ou vous êtes en arrière-plan pour fournir des informations et encourager les combattants au pire des cas, vous êtes observateurs mais jamais on ne peut avoir des opposants manifestes. Si cela n’est pas respecté il reviendra au peuple de déterminer le statut de chaque soi-disant burkinabè. Le combat pour la quête des libertés est celle que les VDP et les FDS au front depuis plusieurs années et il sera inconcevable pour le peuple de constater que des Burkinabè qui n’ont rien à faire veuillent nous inventer un autre terrain de combat pour des libertés individuelles et collectives si ce n’est de divertir les populations vaillamment engagées», a confié Justin Dabiré.

Sur l’affaire des machettes aiguisées sur les réseaux sociaux, le porte-parole affirme que ce ne sont pas des militants de la coordination. « Nous ne préparons pas un affrontement avec les militants de la CGTB. Nous ne pouvons pas entrer en combat avec d’autres burkinabè. Il n’y aura pas de bras de fer avec la CGTB. Nous sommes pour la cohésion sociale. Je ne pense pas que la porte du Président soit fermée aux discussions», soutient le porte-parole.

Du reste, la coordination des OSC, invite ses militants à la retenue et surtout à la vigilance afin de ne pas donner raison à l’impérialisme et à ses valets locaux qui n’attendent rien que la division du peuple burkinabè.

Ismaël Kiekieta ✍️