0 4 minutes 3 mois

A l’occasion de la campagne des 16 jours d’activisme , International Rescue Committee a animé une conférence publique ce vendredi 08 décembre 2023 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était de sensibiliser l’opinion publique sur les questions de violences basées sur le genre. Le public cible, à savoir les élèves, a été particulièrement attentif sur les thématiques abordées par les conférenciers du jour.

« Investir pour prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles », c’est sous ce thème annuel que International Rescue Committee a échangé avec les personnes vivant avec un handicap et les élèves venus de diverses horizons.

La campagne des 16 jours d’activisme contre la violence sexiste à l’égard des femmes et des filles est une campagne internationale menée par la société civile chaque année. Elle est utilisée comme stratégie d’organisation par des individus et des organisations du monde entier pour demander la mise en place d’un système d’alerte précoce et pour demander la prévention et l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles. Elle indique aussi que la violence à l’égard des femmes est la violation la plus répandue des droits de l’homme dans le monde.

Et selon Martin Nyanguba Munihire, Coordonnateur technique du programme PAF, cette journée rentre dans le cadre des 16 jours d’activisme et IRC a choisi de sensibiliser davantage sur les violences faites sur les femmes. Pour lui, il s’agit d’amener tout le monde à pouvoir s’engager dans la lutte contre les violences faites aux femmes. « Nous avons trouvé utile de parler des différentes approches de prises en charge sur les violences basées sur le genre. Pour les 16 jours d’activisme plusieurs activités ont été menées. Nous sommes représentés dans trois régions du Burkina Faso, la région du Nord, de l’EST et du Sahel. Il faut dire que l’accent a été mis sur l’engagement et la contribution des différentes parties prenantes pour atténuer les violences faites aux femmes», a confié le coordinateur des programmes.

Il convient de noter que IRC à travers cette conférence impact et assure une prise de conscience de la nécessité de la prévention des violences à l’égard des femmes en milieu urbain et en tant qu’humanitaire.

A entendre, Lamoussa Georgette Nikiema, WPE Manager & GBV AoR Co-facilitator IRC Burkina, chaque année toutes les acteurs qui interviennent dans la lutte contre les violences faites aux femmes prennent 16 jours pour accentuer le travail qu’ils font. Elle ajoute que c’est une occasion pour ces acteurs là de montrer à l’opinion publique la situation de la lutte. « La place des hommes est très importante dans cette lutte parce que selon les données ce sont les auteurs. Dans ce sens, il y a aussi des approches de masculinité positive. Il est important de travailler avec les acteurs directs», a laissé entendre Lamoussa Georgette Nikiema.

En rappel, L’ONG International Rescue Committee (IRC), qui a pour mission d’aider les personnes dont les vies et les moyens de subsistance sont ébranlés par les conflits, les catastrophes naturelles y compris la crise climatique, à survivre, se relever et à prendre en main leur avenir intervient au Burkina Faso pour contribuer à apporter une réponse à la crise dans les domaines de la Protection, Relèvement économique, Santé-nutrition, Wash.

Ismaël Kiekieta ✍️