0 3 minutes 4 mois

 

Les préoccupations des riverains du Maquis COFFRE FORT, situé dans le quartier de Dagnoên, arrondissement 5, sont essentiellement les stationnements illégaux qui ont généré des accidents récurrents. L’intervention de la Police municipale, dans le cadre de ses sorties de contrôle, a conduit à la découverte d’un véhicule en infraction aux abords du maquis vers 22 heures.

Lors de cette intervention, les agents de la Police Municipale ont rencontré des obstacles inattendus. Alors qu’ils procédaient à l’embarquement du véhicule en infraction, un individu est sorti du maquis, affirmant qu’il était appelé à l’intérieur par un certain monsieur. Les agents ont expliqué qu’en raison de leur tenue, ils ne pouvaient entrer, mais l’intéressé était libre de les rejoindre s’il le souhaitait. Cependant, la situation a rapidement dégénéré lorsque cet individu, proférant des menaces et des injures, prétendait que les agents n’avaient pas le droit de travailler à cette heure et ne devaient pas détenir d’armes de guerre, remettant en question leur qualité d’OPJ.

Malgré les demandes des agents de se présenter, l’individu n’a pas fourni d’identification. C’est au moment où il rejoignait le maquis qu’il a révélé être le Président du Tribunal de grande instance de Ouagadougou 1. La hiérarchie a été informée de l’incident, et le Directeur général adjoint de la Police Municipale s’est rendu sur les lieux. Ses tentatives pour raisonner l’individu ont échoué, et à un moment donné, ce dernier aurait retiré son arme de type PA.

Une issue potentiellement dangereuse a été évitée grâce à la retenue des agents. Malgré cela, le véhicule de l’individu lui a été restitué. Il a ordonné à l’officier chef d’équipe de se rendre dans son bureau ce matin. Les agents expriment leur choc et leur frustration quant à la manière dont ils ont été traités dans l’exercice de leurs fonctions par cet individu, soulevant ainsi la question de savoir si celui-ci est au-dessus de la loi.

 

L’inconnu pour Faso-Info.net ✍️