0 5 minutes 1 mois

«Le Capitaine Ibrahim Traoré est interpellé sur une affaire expropriation de terrain au profit du gouvernement burkinabè. Cette expropriation aurait été formaté par un groupuscule de personnes proches de l’exécutif». C’est l’information capitale livrée par l’association toi et moi au cours d’une une conférence de presse animée le 18 mai 2024 à Ouagadougou. Ladite conférence de presse s’est tenue sous le leadership Saïd Ouattara, Porte-parole de l’association.

Pour cette affaire d’expropriation d’un terrain d’une Burkinabè par le gouvernement, les premiers responsables de l’association toi et moi appelle le capitaine Ibrahim Traoré à se saisir du dossier pour faire la lumière.

A les entendre, cette expropriation émane du conseil des ministres du 8 mai dernier, au titre du ministère en charge de l’économie où le gouvernement a adopté un rapport « relatif à un projet de décret déclarant d’utilité publique urgente, le projet de construction d’un établissement d’enseignement post-primaire et secondaire général à Bonheur-ville au secteur 31 dans l’arrondissement n°7 de la commune de Ouagadougou au profit du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales.


Pour l’association, l’adoption de ce décret permet l’expropriation dudit terrain pour cause d’utilité publique en raison de manque et/ ou une insuffisance d’infrastructures en vue de la construction d’un établissement post-primaire et secondaire général à Bonheur-ville.

Le bémol de cette décision c’est que l’exécutif aurait pris cette décision sans au préalable savoir ce qui s’est passé. Selon  Saïd Ouattara, porte-parole de cette OSC ,la promotrice du projet de construction dudit établissement, Awa Bonkoungou a tous ses papiers en règle car ayant bénéficié du terrain en 2017 suite à une cession provisoire suivant un arrêté du ministère en charge de l’économie sur la base d’un dossier pour la réalisation d’un complexe scolaire privé. Il a confié que malgré tous ses papiers en règles, certains riverains du quartier Sonré ont refusé de voir démarrer le chantier de construction.

« Les topographes et les maçons ont été menacés de mort et les premiers travaux, vandalisés. Un comité dit de veille citoyenne avec à sa tête Issouf Traoré , GSP de fonction, a saisi la justice pour connaître l’affaire qui a après a désisté. Il a précisé qu’ après avoir rempli toutes les formalités, le 20 février 2024 Awa Bonkoungou a eu l’autorisation de construire un complexe scolaire délivrée par le gouverneur du Centre. Ce comité de veille hostile à la construction du complexe a soutenu que cet établissement ne verra jamais le jour, car il connaitrait certains ministres notamment celui en charge de l’économie. Certains meneurs du comité dit de veille citoyenne, se vantant de leurs relations avec des membres du gouvernement, notamment le ministre de l’économie et des autres proches de notre digne président au sein même de la présidence, ont même prédit que le terrain sera retiré quelle que soit la décision de justice », a-t-il dénoncé.

L’association toi et moi attire l’attention des autorités à se saisir du dossier car certains veulent salir leurs noms. Elle estime que le quartier Bonheur-Ville dispose d’un CEG et ne comprend pas cette décision de l’exécutif . C’est pourquoi, ils appellent le capitaine Ibrahim Traoré à se saisir du dossier pour établir la vérité.

«  Nous ne voulons que la vérité, rien que la vérité », a  confié Saïd Ouattara avant de soutenir que l’association réaffirme son soutien indéfectible au Capitaine Ibrahim TRAORÉ et aux autorités de la transition burkinabè.

Ismaël Kiekieta ✍🏼