0 3 minutes 1 semaine

Dans le cadre de la commémoration de l’an 2 de la stratégie mondiale de lutte contre le cancer du col de l’utérus, la Coalition burkinabè de lutte contre le cancer (COBUCAN) a tenu une conférence de presse ce 17 novembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cette conférence de presse était d’adresser un plaidoyer aux hommes et femmes de médias pour qu’il y ait plus de communication autour du cancer du col de l’utérus. Ladite conférence s’est tenue sous le leadership du président de COBUCAN, Pr Nayi Zongo et ses collaborateurs.

« Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus fréquents. C’est le cancer le plus létal de la femme. C’est un décès toutes les 2 minutes dans le monde. C’est un cancer provoqué principalement par un virus appelé HPV comme Human Papilloma Virus», ce sont là les mots introductifs de la conférence de presse de COBUCAN. Et à son président, le Pr Nayi Zongo de souligner que c’est un véritable drame ravageant tout sur son passage, ne laissant presque pas de survivantes. « A peine 10 % des femmes se rendent dans les structures de santé pour se faire dépister. Cela est sans doute lié à un défaut de communication, de sensibilisation et de génération de la demande» a soutenu Pr Nayi Zongo.

A entendre, Madame Nonguierma, quand une femme a le cancer du col de l’utérus, il est impossible d’avoir des rapports sexuels. « On sent très mauvais lorsqu’on a le cancer du col de l’utérus. Les signes se sont les saignements en dehors du sigle menstruel», a confié Madame Nonguierma.

Pourquoi y a t’il une faible affluence des femmes sur la question du Cancer du Col de l’utérus ?

« Nous sommes entrain de faire un plaidoyer au près des journalistes pour plus de communication sur le cancer du col de l’utérus. Les femmes meurent du cancer du col de l’utérus parce qu’elles n’ont pas l’information juste. Nous avons prévu une formation pour des journalistes. Les soins existent mais les femmes ne viennent pas par ignorance. La vaccination et le dépistage sont subventionnés. Nous envisageons d’autres activités pour les jours à venir», a laissé entendre Pr Naïm Zongo.

COBUCAN a rappelé aux femmes que les meilleurs moyens de lutter contre le cancer du col de l’utérus sont la vaccination pour les filles de 9 à 14 ans et le dépistage des lésions précancéreuses pour les femmes. La vaccination comme le dépistage sont gratuits et peuvent se faire dans les formations sanitaires.