0 4 minutes 1 mois

Les habitants du quartier Yaoghin Boulmiougou arrondissement n°³ de Ouagadougou sont menacées de déguerpissement. Ils l’ont dénoncé face à la presse, ce mardi 05 juillet 2022 à Ouagadougou.

«Le 12 octobre 2020 nous avons été étonner de constater des topographes devant nos porte envoyés par M. Soudré Mahamoudou le propriétaire du Lycée polytechnique de Ouagadougou, pour le bornage de nos logements pour extension de son Lycée à une superficie de 16119 m². Chose au qu’elle nous nous sommes farouchement opposer.

Et quand nous nous sommes rendus chez le chef, M. Soudré a avoué devant le chef que nos logements ne m’appartient pas mais pour pouvoir entendre la superficie de son école, il nous promet des terrains ailleurs.

Puis, le 26 mars 2022 nous avons été assaillis par des gendarmes accompagné d’une équipe qui a fait le bornage avec force. Après leur départ, nous avions par mécontentement déterrer lesdites bornes. C’est ainsi que la même gendarmerie est revenu nous gazés avec des lacrymogènes et arrêté certains de nos éléments. Nous nous sommes rendus par manifestation devant la gendarmerie en question et ils fut libérés..», a relaté Kalidou Traoré, président du comité ODJ Yaoghin, ce mardi 05 juillet aux journalistes.

 

Pour lui, le propriétaire du Lycée polytechnique du Kadiogo, Soudré Mahamoudou veut s’accaparer de leurs logements pour ces propres bénéfices, ce qu’ils ne vont jamais accepté.

 

Situé dans l’arrondissement n°³, les protestataires ont fait savoir que 69 foyers de Yaoghin sont concernés par cette menace de déguerpissement. Toujours selon eux, une fois à la mairie, le maire a eut a déclaré que, le propriétaire du Lycée en question detient des papiers, mais que ces documents ont été délivrés par le ministère de l’économie et des finances et non pas par la mairie dudit arrondissement.

 

«Cependant, nous avons été recensée en 2008 par la mairie de Boulmiougou. Nous sommes contre un déguerpissement sans dédommagement. Nous allons jamais nous laissez déguerpir de cette façons. Nous dénonçons cette manière de faire et lançons un appel à l’autorité d’ouvrir l’oeil sur cette situation et également sur toutes les questions foncières dans notre pays. Nous avions confié le problème a Mme Farama et sommes prêts a aller devant les juridictions pour défendre nos logements.. », a informé le président Kalidou Traoré.

 

Et avant de clore ladite conférence, les conférenciers du jours ce sont attardés sur ces mots : «Nous interpellons les autorités à se pencher suffisamment sur la gestion foncière dont les administrations publiques ont la charge afin d’assainir le milieu. En tout état de cause nous sommes assis avec nos papillons de recensement et nous attendons qu’une solution adéquate soit trouvée à nos problèmes, sans quoi nous sommes prêts à consentir tous les sacrifices nécessaires pour défendre nos concessions.

Nous lançons un appel à l’ensemble de la population à s’organiser pour défendre leurs intérêts mais aussi à se solidariser de toute lutte noble notamment les luttes que mènent les habitants des non-lotis, pour défendre leur droit au logement».

✍️S.M