0 4 minutes 1 mois

La communauté musulmane du Burkina Faso a organisé ce samedi 23 octobre 2021 à Ouagadougou son 13e congrès ordinaire. Placé sous le thème « quelles réformes pour une communauté musulmane rénovée, unie, réconciliée, actrices de paix et de cohésion sociale », le 13e congrès ordinaire se veut un cadre de concertation participative pour une communauté musulmane unie et facteur de cohésion sociale. Le présent congrès s’est tenu sous la présidence du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala SANKADE et du ministre d’État chargé du culte, pegwePeg Clément Sawadogo.

Le 13e congrès ordinaire de la communauté musulmane du Burkina Faso se tient dans un contexte d’un précédent crise qui a miné l’actualité au sein de la communauté musulmane. C’est grâce à un effort de tous les mismusulm unis du Burkina Faso que se tient le 13e congrès.
Pour le président de la communauté musulmane du Burkina Faso, Omar Kouanda, ce sont au total 43 provinces qui ont été conviés à ce congrès. Il ajoute que la tenue de ce congrès était un défi. « Ce congrès résonne comme une délivrance, un accouchement par césarienne. Ce congrès se tient grâce au Président sortant El Hadji Rasmané SANA qui a su faire preuve de discernement. El Hadji Rasmané SANA figure parmi les présidents d’honneurs de la communauté musulmane du Burkina Faso. Grâce aux burkinabè un nouveau jour ce lève pour notre communauté. Merci », a laissé entendre le président intérimaire Omar Kouanda.

Selon le discours du président de la chambre de commerce, parrain de la cérémonie, Mahamadi Sawadogo dit Kadafi, ce parrainage est une invite à une participation active au service de la communauté musulmane du Burkina Faso. Il ajoute que c’est un devoir pour les opérateurs économiques musulmans de soutenir la communauté musulmane pour assurer sa bonne marche et conserver son rôle de cohésion sociale et de paix.

Selon le ministre d’État en charge du culte, Pegwendé Clément Sawadogo, ce congrès est un effort de réconciliation. « Très attendu, ce congrès est aujourd’hui une réalité. Le gouvernement souhaite l’implication de tous les leaders pour une sortie de crise apaisée. Je suis que ce congrès sera une occasion pour lancer un appel au sursaut patriotique contre les forces du mal. Le gouvernement sera attentif aux décisions qui seront prises à ce congrès », affirme le ministre.
Selon le co-patron de la cérémonie d’ouverture du congrès, président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala SANKADE, il faut saluer les efforts de réconciliation de la communauté musulmane et du choix porté sur l’Assemblée Nationale. Pour lui, ce congrès est la résultante d’une attente. « Nous voulons demander qu’à l’issue de ce congrès qu’il y ait plus de problème au niveau de la communauté musulmane du Burkina Faso. Nous devons mettre fin aux problèmes. Dans la communauté musulmane, il ne peut pas avoir une opposition. Nous demandons à tous de faire preuve de discernement et de pardon « , s’est indigné le président de l’Assemblée Nationale.

Du reste, cette cérémonie officielle d’ouverture du 13e congrès ordinaire a pris fin par des remises d’attestation de reconnaissance et de mérite à El Hadji Omar Kouanda, président de la communauté musulmane et à El Hadji Abdoul Rasmané SANA, président sortant de la communauté musulmane.