0 6 minutes 1 mois

Ce jeudi 17 décembre 2021 à Ouagadougou, la coordination de l’initiative de la grande muraille verte a dressé le bilan phase2 du programme au cours d’un déjeuner de presse. Ce déjeuner a permis au conférenciers du jour à savoir le coordonnateur national Adama DOULKOM et l’administrateur du programme, Didier WOIRIN de faire le bilan des cinq-années écoulées assortit  des perspectives en cours.

De l’exposé du présidium, le Programme de Renforcement des Capacités pour l’Initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel – Phase 2 (PRC2-IGMVSS) a été mis en œuvre de façon satisfaisante dans l’ensemble au regard de l’ensemble des critères d’évaluation définis. Pour ces conférenciers, c’est un projet qui a suivi un processus de préparation rigoureux qui a permis d’assigner des objectifs par rapports aux priorités internationales, nationales et locales avec les autres acteurs en présence dans le domaine de la gestion durable des terres.

Ils ont pour ce faire noter,  que la stratégie de mise en œuvre du programme qui  s’est appuyé sur des acteurs pérennes, a permis d’atteindre un niveau de réalisation très satisfaisant des résultats dans leur ensemble, au plan quantitatif et qualitatif, dans les délais requis et avec les ressources financières, humaines et matérielles prévues à cet effet. Les effets préliminaires observés, induits par les réalisations, rendent plausible l’apparition d’impacts à moyens et long terme sur les femmes et les hommes ciblés. Grâce aux capacités renforcées de ces bénéficiaires (producteurs et acteurs d’appui-accompagnement provenant des structures pérennes de l’Etat) et la forte mobilisation des partenaires locaux, il est probable que les acquis de projet soient durablement maintenus et valorisés.

Selon le coordonnateur national Adama DOULKOM, la pertinence des objectifs poursuivis par le PRC2 est jugée très satisfaisante en considération de leur alignement avec les priorités internationales, sous-régionales et nationales ainsi que leur adéquation avec les attentes des bénéficiaires et les priorités du partenaire technique et financier. Pour lui, l’initiative de la grande muraille verte est une vision à long terme voir 50 ans. Il ajoute que les projets cesseront quand-ils auraient  résolu la problématique de la sécheresse.

En termes de mobilisation des ressources, l’administrateur du programme, Didier WOIRIN a révélé, que le PRC2 disposait d’un budget initial de 1 779 339 900 FCFA, financés par l’APEFE et le Gouvernement au titre de la contrepartie, pour réaliser l’ensemble des produits attendus, y compris les frais de fonctionnement courant. En novembre 2017, Wallonie Bruxelles International a apporté une contribution supplémentaire aux ressources du projet pour les porter à 1 930 141 268 FCFA. « Au 30 septembre 2021, soit trois mois avant la clôture du PRC2, le niveau de décaissement des ressources du projet était estimé à 108,5%. Le montant supplémentaire décaissé provient du financement complémentaire de WBI en cours d’exécution et du l’APEFE qui a consenti à un décaissement complémentaire de 103%. Ce complément a été possible parce que l’APEFE a pu mobiliser des financements complémentaires venant d’autres pays avec l’autorisation de son bailleur de fonds, la coopération belge au développement. Cela a permis de combler la part non décaissée par l’Etat et d’assurer l’ensemble des besoins en ressources financières du projet« , a laissé entendre l’administrateur.

Les principales difficultés qui ont émaillée significativement la mise en œuvre et la valorisation des résultats du PRC2 concernent l’insécurité et la pandémie du CVID19. Une situation déplorée par les acteurs  pour qui fort heureusement, des stratégies alternatives ont été développées pour poursuivre la mise en œuvre des activités. Il s’agit principalement du transfert des compétences et la délégation vers des partenaires locaux, notamment la collectivité territoriale et l’Association ADIF d’une part et de l’adaptation du choix des technologies GDT à appliquer en tenant compte de ses exigences et du contexte.

Du reste, il faut signifier que le PRC2 a produit d’importants résultats au plan humain, institutionnel, écologique et socioéconomique et certaines réalisations ont commencé à être valorisées et produisent déjà des effets qui vont se combiner et produire bientôt des impacts. Toutefois, des défis restent à lever pour enclencher la phase de changement de certaines réalisations ou pour booster les changements déjà entamés de façon à s’assurer qu’ils s’installent dans la durée.