0 5 minutes 3 semaines

Burkina/ Échanges CNLF et taximanes: Le gaz subventionné ne peut être utilisé à des fins lucratifs, c’est une infraction

La Coordination Nationale de Lutte contre la Fraude (CNLF) a initié dans la matinée de ce mardi 25 juin 2024 à Ouagadougou, une rencontre d’échange avec la fédération nationale des taximanes et des travailleurs du secteur des transports du Burkina sur l’utilisation frauduleuse des bouteilles de gaz butane de 1 à 12 kg. Il a été particulièrement question de sensibilisation, de communication et d’échange d’expérience entre les parties prenantes.

Attirer l’attention sur l’utilisation frauduleuse des bouteilles de gaz butane subventionnées par l’Etat pour les ménages. Voici ici décrit toute la quintessence de la rencontre entre la coordination nationale de lutte contre la Fraude et la fédération nationale des taximanes et des travailleurs du secteur des transports du Burkina.
En effet, selon l’article 3 de l’arrêté conjoint n°2924-003/MDICAPME/MEFP,portant énumération des éléments de la structure de prix du gaz butane et fixation de ses prix, la vente du gaz contenu dans des bouteilles de 1 à 12,5 kg, subventionné par l’Etat, exclusivement réservée à l’utilisation domestique des ménages qui résident sur le territoire national.

Pour le Coordonnateur National de lutte contre la Fraude, Yves Kafando, la rencontre avec la fédération nationale des taximanes et des travailleurs du secteur des transports du Burkina, est une rencontre d’échange, de partage sur l’utilisation du gaz butane, un produit subventionné par l’Etat et exclusivement réservé pour les ménages sur le territoire national. Pour lui, il était important d’avoir cette rencontre pour échanger et sensibiliser les principaux acteurs.

 « Certains acteurs utilisent les bouteilles de gaz butane de 1 à 12,5kg à des fins lucratifs et commerciaux dans le secteur du transport, dans le milieu industriel et dans l’agriculture. Cette disposition de l’article 3, nous interpellent à deux titres: ce produit ne peut être utilisé à but lucratif et commercial et ce produit est destiné uniquement aux ménages du territoire national. Il y a des particuliers qui exportent les bouteilles de gaz butane hors du territoire national à des fins commerciales. Nous avons jugé opportun de discuter avec les taximanes et les transporteurs pour que les bouteilles de gaz de 1 à 12 kg soient utilisées uniquement dans les ménages sur le territoire national. Nous ne souhaitons pas agir sur le terrain à titre répressif. C’est pourquoi cette rencontre s’explique. Nous pensons que le message a été bien apprécié par la délégation et l’information sera livrée aux différents membres dans les différentes cellules. Nous sommes à pied d’œuvre dans la sensibilisation parce que ce ne sont pas les taximanes seul qui utilisent les bouteilles de gaz butane à des buts lucratifs. Lorsque le produit est subventionné, il doit être utilisé pour ceux pourquoi il est subventionné », a confié le coordonnateur national de lutte contre la Fraude, Yves Kafando.

A entendre, le Président de la fédération nationale des taximanes et des travailleurs du secteur des transports du Burkina, Oumarou Kiema, la démarche de la CNLF est à saluer. Il ajoute que c’est blé genre de démarche qui manquait dans les procédures. A lui d’ajouter que souvent lorsqu’il y a des problèmes, l’Etat ne fait pas preuve de courtoisie.

« Aujourd’hui l’Etat a fait preuve de courtoisie en nous invitant sur la table des échanges. Nous avons bien écouté et nous avons bien apprécié la démarche. Nous allons passer le message à nos collaborateurs. Il a été dit qu’il y a des bouteilles de gaz butane qui sont subventionnées par l’Etat et qui ne peuvent pas être utilisées pour du commerce. C’est la loi et elle est censée protéger tout le monde. A Ouagadougou, nous avons 45 cellules et nous allons les convoquer pour donner l’information sur l’utilisation frauduleuse des bouteilles de gaz butane», a soutenu le président, Oumarou Kiema.
Du reste, la CNLF est dans une phase de sensibilisation et compte sur la compréhension des différents acteurs pour ne pas entrer dans la répression.

Sanfo Minata ✍🏼