0 4 minutes 4 mois

La Convention Nationale pour le Progrès a tenu sa première convention nationale ce dimanche 17 juillet 2022 à Ouagadougou. Placée autour du thème « Transition politique et réconciliation nationale quelle contribution de la CNP?», cette convention a eu pour but de rappeler le caractère essentiel de la réconciliation nationale. C’est sous le leadership des responsables du CNP, Théodore Zambedé Sawadogo, Daniel Sawadogo que Militants, sympathisants et partis politiques sont venus soutenir le CNP.

« La réconciliation est l’apanage de tous les burkinabè. On ne vient pas sur la table de la réconciliation avec un couteau tranchant mais avec une aiguille qui coup» d’entrée de jeu ce sont des mots qui ont attirés l’attention de l’assistance.
La question de la réconciliation nationale a été la principale question qui a été mise en exergue au cours de la 1ere convention nationale du CNP. A entendre les premiers responsables du CNP, c’était une occasion d’attirer l’attention des militants du CNP sur l’urgence de leur engagement dans le processus de la réconciliation nationale, vecteur de paix pour le Burkina Faso.

Selon l’honorable Daniel Sawadogo, président du conseil d’orientation du CNP, c’est 1ere convention témoigne de la volonté du CNP pour la réconciliation nationale. Il ajoute que le choix du thème à tout son sens avant de souhaiter une bonne écoute.
Pour le représentant des jeunes du CNP, Idrissa Ouedraogo, le Burkina Faso est confronté à une crise multidimensionnelle qui menace les fondements de notre nation. A lui d’ajouter que la jeunesse a intérêt à oeuvrer pour la sauvegarde du Burkina Faso. « Nous, jeunes du CNP marquons notre entière disponibilité pour une sortie de crise», a laissé entendre le responsable des jeunes du CNP.
Lors de son allocution, la représentante de la gente féminine, Salamata Lallogo a soutenu c’est difficile de gérer un pays dans un moment de crise. Elle invite tous à se mobiliser pour la défense de la patrie. « J’invite les femmes à s’engager pour la réconciliation nationale et le retour de la paix», sollicite Salamata Lallogo.

Du reste lors du discours d’ouverture de la 1ere convention Nationale du CNP, le président du CNP, Théodore Zambedé Sawadogo, n’a pas manqué de préciser que le Burkina Faso est en voix de déliquescence. Pour lui, la cohésion sociale est aussi mise à rude épreuve. « Notre parti a voulu apporter sa modeste contribution pour la réconciliation nationale. Nos réflexions devrons parvenir à des propositions concrètes pour une réconciliation nationale sincère. Nous devons savoir nous mettre ensemble pour l’intérêt national. Je rends un vibrant hommage aux FDS et aux VDP. Que Dieu bénisse le Burkina Faso», a conclu Théodore Zambedé Sawadogo.